Votre conseiller financier mérite-t-il son poste?

Conseiller_0 (2)

Il est facile d’avoir un bon rendement lorsque les marchés financiers sont en hausse. Or, le vrai test des stratégies de portefeuille est le rendement qu’on obtient lorsque les marchés sont en baisse. Si on fait affaire avec un conseiller financier, il faut s’assurer qu’on a le meilleur avant que les marchés ne périclitent.


Gérer son portefeuille, c’est comme rénover sa cuisine

Prendre en main la gestion de son portefeuille ne veut pas dire qu’on doive gérer soi-même ses placements.

C’est un peu comme rénover sa cuisine.

On peut apprendre à rénover sa cuisine en consultant des sites techniques sur internet. Des gens le font avec succès et économisent des sommes substantielles. Personnellement, je n’ai ni l’habileté ni le goût de me lancer dans une telle aventure.

En revanche, si je veux rénover ma cuisine, j’ai tout avantage à pouvoir faire 4 choses correctement :

→ choisir un entrepreneur de bonne réputation,

→ convenir de la nature des rénovations qui seront effectuées,

→ m’assurer que le coût du projet est raisonnable,

→ constater la bonne évolution des travaux en cours de route.

Apprendre ces choses ne requiert pas d’avoir les compétences techniques ni l’expérience requises pour effectuer le travail. Ainsi, on peut acquérir assez facilement les connaissances nécessaires pour effectuer les 4 étapes grâce à des lectures ciblées et en discutant avec des gens qui ont de l’expérience dans les travaux de rénovation.

Il en va de même pour la gestion de son portefeuille.

Celui qui confie la gestion de ses placements à un professionnel, doit pouvoir faire 4 choses correctement :

→ choisir un conseiller de bonne réputation en qui il aura pleine confiance,

→ convenir de la structure de portefeuille et de la stratégie de placement qui lui conviennent,

→ s’assurer que les honoraires de gestion sont justifiés,

→ constater comment le rendement du portefeuille se compare à son indice de référence en cours de route.


 

 

Deux éléments à considérer avant de faire appel à un conseiller

1 – Quand les marchés ont des rendements exceptionnels, tous les conseillers financiers sont des champions

Quand les marchés dégringolent, les masques tombent. C’est quand la marée se retire qu’on voit ceux qui se baignent nus (1). On distingue alors les conseillers financiers compétents de ceux dont la qualité première est leur capacité de vendre des produits.
.

2 – Plusieurs personnes auraient avantage à consulter un conseiller financier reconnu par l’AMF

Focalisés sur la gestion de leurs placements, les gens ignorent que certains conseillers sont des planificateurs financiers, un titre reconnu par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF). Un planificateur financier possède la formation et les outils pour identifier les besoins et proposer des solutions dans des aspects-clés tels que la fiscalité, les assurances, la planification successorale, la retraite, etc. Au besoin, il saura s’il est nécessaire faire appel aux services d’un spécialiste en ces domaines.

Pour en savoir plus sur les avantages, consulter ce lien.

***


 

Le temps est venu de poser les vraies questions

Un professionnel qui se dit expert du secteur des placements et de la gestion financière doit savoir des choses que des investisseurs amateurs ignorent. C’est pourquoi, il est primordial de lui poser des questions pour connaître sa formation et son expérience, apprécier ses connaissances générales, comprendre ses méthodes de travail et évaluer si sa personnalité répond à nos attentes.

Rares sont les clients qui lui poseront de telles questions. Mais cette initiative plaira aux vrais professionnels. Ils prendront plaisir à répondre à ces questions, voire à élaborer pour donner des réponses plus complètes. En plus de rassurer l’investisseur sur les qualités professionnelles et personnelles de son conseiller, ce sera une autre occasion de parfaire ses connaissances.


.

1 – Formation et expérience

1 – Quelle est votre formation académique?

2 – Quel titre reconnu par l’AMF détenez-vous? (2)

3 – Depuis combien de temps exercez-vous votre métier actuel?

4 – Avez-vous exercé d’autres métiers ou professions antérieurement?

5 – Quels produits ou services offrez-vous ?

6 – Avez-vous déjà fait l’objet d’avertissements ou mesures disciplinaires par un organisme de réglementation ?


.

2 – Connaissances du placement et de la gestion des finances personnelles

Les références en bas de page donnent les liens vers les articles qui contiennent les réponses aux questions suivantes:

1 – Quel est l’indicateur qui permet de mesurer le risque d’un placement boursier ? (3)

2 – Qu’est-ce qui distingue un fonds de placement ouvert d’un fonds de placement fermé? (4)

3 – Est-ce qu’un dollar d’or investi en 1925 vaudrait plus aujourd’hui qu’un dollar investi dans le S&P 500 ? (5)

4 – Sur le plan fiscal, est-il plus avantageux de détenir des titres à dividendes américains dans un CELI ou dans un REER? (6)

5 – Quels sont les avantages d’investir dans une BDC* ? (7)

6 – Devrais-je considérer l’achat d’une rente viagère pour améliorer la diversification de mon portefeuille? (8)

***

7 – Comment demeurez-vous informé de la réglementation et des tendances au sein de l’industrie ?


.

3 – Gestion du portefeuille de placements

1 – Votre approche vise-t-elle surtout à maximiser les opportunités de rendement ou à minimiser les risques de perte ? (9)

2 – Comment mon portefeuille de placement devrait-il être structuré?

3 – Comment est bâti l’indice de référence contre lequel sera évaluée la performance de mon portefeuille?

4 – Quel processus suivez-vous pour rééquilibrer périodiquement les actifs du portefeuille?

5 – Comment allez-vous m’aider à minimiser l’impact fiscal de mes revenus de placement?

6 – À quelle fréquence et de quelle façon allez-vous communiquer avec moi?

7 – Qu’est-ce qui vous différencie des autres conseillers en placement ?

8 – Notre objectif pourrait-il être que le rendement annuel net du portefeuille sur 3 ans, dépasse de 2% celui de l’indice de référence?


4 – Les autres services

Hormis la gestion de portefeuille, avez-vous des connaissances particulières dans des domaines connexes (10) ?

Êtes-vous en mesure d’établir une stratégie me permettant d’atteindre l’indépendance financière dans les meilleurs délais ?


.

 

Conclusion

Certaines personnes n’utilisent pas les services d’un conseiller financier étant d’avis que le coût est trop élevé et que, de toute façon, l’information nécessaire est disponible en ligne (11).

Celles qui ont un conseiller financier le mettent sur un piédestal parce qu’elles ont le sentiment de n’y rien connaître. Non seulement elles hésitent à remettre en question ses recommandations, mais elles les suivent aveuglément.

Il est primordial que le client comprenne ce que son conseiller en placement lui explique. S’il ne comprend pas, il y a à parier que l’explication n’est pas claire. Une idée qui se conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément (12).

Il est temps que les conseillers financiers s’assurent de parler un langage que leurs clients comprennent et apprécient. Il est aussi impératif qu’ils démontrent en quoi ils apportent une valeur ajoutée. Plus que jamais, ils ont le fardeau de la preuve.

La relation que le client entretient avec son conseiller doit combler ses attentes, rien de moins.  Le client est le patron. Il n’a pas à faire de compromis.

Il existe d’excellents conseillers financiers. Pourquoi ne pas mettre les efforts pour trouver le meilleur?



(
1)
Warren Buffett
(2) Planificateur financier, Représentant en épargne collective, Conseiller en sécurité financière, Conseiller en placement.
(3) Le bêta : une donnée essentielle
(4) Les fonds de placement
(5) Les métaux précieux
(6) Les véhicules de placements
(7) Les BDC : titres à dividendes à considérer
(8) La rente viagère
(9) L’important est d’évaluer si le conseiller suit un processus d’analyse rigoureux des risques et opportunités.
(10) Planification financière, fiscalité, planification successorale, assurances, etc.
(11) 99% of Americans don’t use a financial advisor, CNBC, Nov 11 ’19.
(12) Nicolas Boileau


FAQ

 

Comment faire une planification financière?

Une planification financière personnelle doit préciser les éléments suivants : les objectifs professionnels et personnels visés, la valeur nette (les actifs moins les dettes), les revenus et les dépenses récurrentes, le calendrier de réalisation des objectifs et les mesures financières à prendre.
.

Quel est le rôle d’un planificateur financier?

Le planificateur financier analyse votre situation financière, en portant attention aux aspects légaux, aux besoins d’assurance, à la gestion du portefeuille de placements, aux impact fiscaux, à la planification de la retraite et de la succession.
.

Qu’est-ce qu’un plan financier?

Un plan financier décrit la situation financière d’un individu, ses objectifs et les stratégies pour les atteindre. Le plan inclut un processus pour mettre de l’argent de côté, rembourser ses dettes et investir des fonds permettant de se constituer un patrimoine.