Huit règles pour atteindre l’indépendance financière

Indépendance 1.0

Atteindre l’indépendance financière n’est pas une affaire de spécialiste. C’est le résultat de décisions prises tôt et de comportements responsables, pratiqués avec discipline.


Comment devenir indépendant financièrement

Il y a diverses façons de devenir indépendant de fortune:

1 – Marier une personne riche

2 – Hériter de parents riches

3 – Gagner la loterie

4 – Exploiter un talent unique

5 – Être propriétaire d’une entreprise rentable

6 – Dépenser peu et investir intelligemment sur de longues périodes.

Les 5 premières façons sont le lot d’une minorité. Ces gens doivent apprécier leur fortune, et surtout ne pas en tirer quelque vanité.

La 6e façon est accessible à la majorité des gens, pour peu qu’on leur ait inculqué quelques principes de base tôt dans la vie.


1 – Prendre ses responsabilités

Tout le monde peut apprendre à gérer ses finances. Chacun est seul responsable de sa santé financière. Il faut toujours garder le contrôle de son argent.

Pour mettre toutes les chances de votre côté, faites-vous aider par des gens qualifiés qui vous enseigneront les rudiments d’une saine gestion financière. Le plus tôt vous le ferez, le plus de bénéfices vous toucherez.

2 – Mesurer l’impact financier futur de décisions prises aujourd’hui

L’impact financier à long terme d’une décision est plus important que le montant de la dépense elle-même. Parce que le coût d’opportunité d’un montant dépensé aujourd’hui est amplifié du rendement composé que ce montant produirait s’il était investi.

Premier exemple : à 18 ans, je reçois un montant de de 3K$. J’ai le choix de faire un voyage ou de l’investir dans un placement boursier. Grâce au rendement composé (1), ce seul montant de 3K$ pourrait valoir 100K$ à l’âge de 60 ans. Sans aucun effort.

Deuxième exemple : un jeune de 18 ans investit un montant de 6K$ par année dans son CELI. À 60 ans, en appliquant le taux de rendement historique du marché boursier, il pourrait détenir un portefeuille de 2,7M$, susceptible de produire un rendement de plus de $200K par année, net d’impôt.

____________________

3 – Porter attention aux 7 volets d’une planification financière

Une planification financière comporte sept (7) volets susceptibles d’affecter l’avenir d’une personne:

® Les obligations juridiques liées aux statuts personnel et professionnel

® L’évaluation des besoins financiers

® Les assurances et la gestion du risque

® La fiscalité

® La gestion des placements

® La préparation de la retraite

® La planification successorale.

Assurez-vous de comprendre l’impact de chaque volet sur votre situation personnelle et de prendre les meilleures décisions. Surtout ne sous-estimez pas l’importance de décisions relatives à des éléments qui paraissent lointains, comme votre retraite ou votre succession.

Pour en apprendre plus sur la nature des 7 domaines d’expertise de la planification financière, consultez ce court résumé.

4- Dépenser toujours moins que ce que l’on gagne

Investissez systématiquement le montant économisé dans des placements dont une partie du rendement est versé sous forme de dividende (2).

Afin de minimiser votre facture fiscale, investissez le maximum à l’intérieur de vos REER et CELI.

À moins de circonstances exceptionnelles, ne retirez aucune somme de vos REER avant l’âge de la retraite.

___________________

5 – Ne pas chercher à avoir l’air riche

Ceux qui se donnent des airs de riches dépensent de l’argent pour que les autres pensent qu’ils sont riches. En réalité, ils n’impressionnent qu’eux-mêmes. Votre objectif est d’atteindre l’indépendance financière. Consacrez vos efforts à développer vos compétences et à réaliser vos rêves.

6 – Éviter de s’endetter

Règle générale, on peut contracter une dette si cela permet d’effectuer un investissement qui donnera un rendement supérieur au coût de la dette.

Cela étant, vous pouvez emprunter pour acheter, à prix raisonnable, une résidence. Jamais pour faire un voyage ou installer une piscine. Si vous avez absolument besoin d’une auto, ne choisissez pas la plus belle ni la plus rapide. Choisissez la plus économique à l’achat et à l’utilisation.

7 – Ne pas « jouer » pas à la bourse, mais investir

Ne perdez pas votre temps à essayer de gagner le gros lot ou à trouver la perle rare. La probabilité d’investir dans le prochain Google ou Microsoft avant tout le monde, est aussi élevée que celle de gagner le premier prix à la loterie nationale.

N’accordez pas d’importance aux prédictions boursières. L’histoire regorge d’exemples de prédictions qui ont été carrément contredites (3). La seule prédiction crédible est qu’à long terme, la probabilité que le marché boursier ait un rendement positif est très élevée.

Évitez de spéculer. Achetez des titres boursiers d’entreprises qui ont une valeur intrinsèque (4). Donnez la préférence aux entreprises qui :

® démontrent un historique de croissance et de rentabilité,

® sont peu endettées,

® disposent de réserves financières importantes,

® paient des dividendes significatifs depuis au moins 5 ans.

___________________

 

8 – Prendre des risques calculés

Vous ne frapperez jamais de coup sûr si vous restez assis dans l’abri des joueurs.

Quand on parle d’argent, prendre des risques signifie qu’on peut perdre une partie de ce qu’on investit. Le risque est le prix à payer pour obtenir un rendement supérieur.

Si votre comportement d’investisseur s’inspire des 3P et que vous gérez votre capital dans le cadre d’une structure de portefeuille explicite, les probabilités de succès sont largement en votre faveur.

***

Un entretien d’une heure avec un planificateur financier indépendant vous indiquera la démarche à entreprendre pour atteindre l’indépendance financière.


 

(0)

(1) Avec un rendement égal à celui de la bourse canadienne (9%) sur 50 ans. Sans impôt lorsqu’investi via un CELI.
(2) Le rendement supérieur des titres à dividendes
(3) La piètre valeur des prédictions boursières
(4) Le meilleur actif à détenir