Des placements pour en découdre avec l’inflation

Inflation_5.jpg

L’inflation actuelle va entraîner une volatilité élevée des portefeuilles. Or, ce n’est pas tant de la volatilité dont il faut se méfier, mais de la volatilité extrême. La presse financière évoque régulièrement trois types de placements pour y faire contrepoids.

L’un d’entre eux est nettement préférable.


L’importance de tempérer les effets d’une inflation (même transitoire)

L’inflation est un risque dont il faut se protéger, mais ce n’est pas le seul. À long terme, nos sociétés sont appelées à vivre dans un environnement marqué d’un risque opposé : celui d’une déflation structurelle.

Il reste que nous vivons la période d’inflation conjoncturelle la plus importante depuis 30 ans. Elle est attribuable à trois facteurs (1). Pour deux d’entre eux, il est impossible d’en évaluer l’amplitude et la durée.

Le mieux qu’on puisse faire pour l’instant est de prendre des mesures pour tempérer ses effets. Plusieurs fondements de PORTEFEUILLE 101 traitent du sujet :

 La structure de portefeuille

 Les risques liés à l’inflation et la déflation

  Un placement pour contrer l’inflation et la déflation.

***

Cela dit, même transitoire, une inflation aussi importante que celle que nous vivons va créer une volatilité élevée des portefeuilles de placements.

Or, ce n’est pas tant de la volatilité qu’il faut se méfier, mais de la volatilité extrême.

L’objet de cet article est de commenter sur les mérites de trois types de placements que la presse financière évoque dans le but de protéger le portefeuille des conséquences extrêmes de l’inflation :

 L’or

♦  Les cryptomonnaies (Bitcoin)

  Les bons du trésor américains.


L’or

L’or est une valeur refuge universellement reconnue depuis des millénaires. Les pays du monde entier détiennent des réserves considérables du précieux métal. À fin 2020, la valeur des 12 réserves nationales d’or les plus importantes s’élevait à plus de $1,4 billion.

Le premier atout de l’or est d’être liquide tout en ayant une valeur marchande peu volatile.

Par comparaison, les titres boursiers sont liquides, mais sont une protection médiocre lors d’un krach boursier. Ainsi, une forte baisse des marchés peut entraîner de sérieuses pertes en capital au moment où vous auriez besoin de fonds.

Deuxième atout : comme l’or est libellé en dollars américains, sa valeur marchande augmente à mesure que la monnaie se dévalue. Depuis les 50 dernières années, non seulement l’or a maintenu sa valeur en dollars constants, mais son prix a cru au rythme de 6% par année (2), un taux supérieur à celui de l’inflation.

Certes, d’autres actifs affichent de meilleurs rendements historiques que l’or. Mais l’or n’est pas un investissement. C’est une police d’assurance. Son rôle est de contrebalancer la volatilité de marchés anormalement volatils.

Le graphique illustre comment l’or a compensé, depuis 3 ans, la volatilité du marché boursier américain (S&P 500) :

***

Depuis un an, le prix de l’or a gagné 7%.


.

Les cryptomonnaies (Bitcoin)

Avec le temps, les devises perdent de la valeur car les banques centrales créent constamment de la nouvelle monnaie.

Dans sa conception même, le Bitcoin n’est pas appelé à se dévaluer parce que son offre maximum est fixe à 21 millions d’unités (3). C’est pourquoi, ses partisans le présentent comme une couverture contre l’inflation.

Pourtant, depuis janvier 2022, cette crypto-monnaie a plutôt reflété une performance similaire à celle d’autres actifs à risque. Sur 60 jours, sa corrélation avec le S&P 500 est même en hausse (4). Une corrélation accrue est d’autant moins souhaitable qu’elle prend forme dans une période particulièrement volatile des marchés boursiers.

Le graphique suivant illustre l’extrême volatilité du Bitcoin par rapport à celle de l’or sur un an :

Depuis un an, le Bitcoin a perdu 25% de sa valeur.


.

Les bons du trésor américains

Depuis septembre ’21, le taux d’inflation a augmenté à chaque mois :

Dans la foulée, on assiste à une hausse ininterrompue des taux d’intérêt :

Ainsi, entre décembre ’21 et avril ’22, le taux d’intérêt des bons du Trésor 10 ans a doublé, passant de 1,5% à 2,9%.

Les investisseurs ont préféré se réfugier dans les bons du Trésor américains plutôt que dans l’or ou les cryptomonnaies pour trois raisons :

Un rendement de 3% sur 10 ans dans un placement sécure paraît idéal face à des conditions géopolitiques troublantes,

L’or et les cryptomonnaies ne portent pas intérêt,

Le dollar américain redevient la devise refuge, aux dépens des monnaies européennes et de la devise chinoise.

Le dollar américain est ainsi entré dans un cercle vertueux : plus les taux d’intérêt montent, plus la demande pour les bons du Trésor augmente ; en retour, plus la valeur et l’attrait du dollar américain se raffermissent.

_________________________________________________

.
Après 4 mois de turbulence inhabituelle des marchés boursiers, les trois placements évoqués comme refuges contre l’inflation, ont donné les résultats suivants:

l’or a gagné 5%,

le Bitcoin a perdu 18% et

le rendement des bons du Trésor américains 10 ans a augmenté de 100%.

Voici des leçons qu’on peut tirer :

1 – L’or

Les volumes d’or détenus par les gouvernements du monde entier témoignent de l’importance de cet actif dans l’équilibre économique mondial.

Ce n’est pas un placement boursier classique dont l’objectif est de générer un rendement minimum à son détenteur. C’est une police d’assurance.

Depuis des siècles, différentes civilisations lui reconnaissent sa stabilité en tant que valeur refuge. De fait, plusieurs le considèrent comme une monnaie d’échange autant que d’un actif à part entière.

L’histoire démontre qu’il est un rempart contre la dévaluation des devises. Il remplit cette mission depuis que les systèmes monétaires ont été inventés. En outre, sur de longues périodes, il procure un rendement réel (hors inflation) de l’ordre de 2-3% par année.

Enfin, l’or repose sur une industrie extrêmement bien structurée, composée d’entreprises de grande expérience et d’organismes habilités à suivre son développement et ses performances.

L’or et autres métaux précieux occupent 5% de la structure PORTEFEUILLE 101 :

2 – Les cryptomonnaies

Le Bitcoin n’est qu’une des cryptomonnaies. Selon différents sites, il y en aurait entre 10 000 et 18 000.

Jusqu’à preuve du contraire, aucun fait ne supporte l’idée que les cryptomonnaies soient un rempart contre l’inflation ni qu’elles soient un élément stabilisateur du portefeuille de placements.

A. Aucun consensus n’existe au sein des pays quant à l’utilisation des cryptomonnaies

Seuls, deux (2) pays ont adopté le Bitcoin comme monnaie officielle : le Salvador et la République centrafricaine. De tels exemples ne sauraient certes justifier l’adoption d’une cryptomonnaie comme devise nationale.

Selon un document du Congrès américain, 51 pays ont émis des interdictions relatives aux cryptomonnaies (5). 20 pays ont interdit totalement ou implicitement les cryptomonnaies. 9 pays les ont totalement interdites sur leur territoire (Chine, Égypte, Maroc, Tunisie, Bangladesh, etc.). Une dizaine d’autres ont opté pour une interdiction implicite (Indonésie, Liban, Turquie, Kazakhstan et plusieurs pays d’Afrique).

Des pays acceptent l’utilisation de cryptomonnaies, suivant certaines conditions. Cependant, il n’existe pas de cadre légal uniforme permettant de règlementer l’utilisation de cryptomonnaies dans l’ensemble des pays.

B. Les cryptomonnaies sont volatiles

Le Bitcoin est un actif extrêmement volatil, fortement corrélé avec les actifs boursiers spéculatifs. Il ne possède ni la stabilité ni la prévisibilité requises pour tempérer la volatilité d’un portefeuille de placements.

Au cours de la période de forte inflation que nous vivons depuis le mois de septembre ’21, la cryptomonnaie a été plus volatile que le marché boursier, pour perdre 20% de sa valeur à date en 2022.

C. Il n’y a pas de consensus chez les grands investisseurs

Des investisseurs connus croient en l’avenir des cryptomonnaies (Elon Musk, Kevin O’Leary). D’autres, tout aussi respectés, n’y voient que des promesses sans lendemain (Bill Gates, Warren Buffett, Charlie Munger, Bill Ackman, Alexander Green). C’est vrai que plusieurs bien nantis n’ont pu résister à la tentation de s’y tremper l’orteil. Mais, pour paraphraser l’un d’entre eux: « we own some coins but not a lot. » (6)

Les réserves exprimées par un lot important de grands investisseurs doivent suffire à semer le doute dans l’esprit des amateurs quant à la pertinence d’investir dans les cryptomonnaies.

D. L’expérience des cryptomonnaies est trop jeune pour qu’on s’y fie

En l’absence d’expériences concluantes, les analyses qui traitent de cryptomonnaies ne sont que des conjectures. Pour cette raison, les cryptomonnaies demeurent des actifs à haut risque, sans valeur intrinsèque*.

***

Investir dans les cryptomonnaies sera de la pure spéculation tant qu’on ne disposera pas de faits vérifiables qui en atteste la valeur intrinsèque. La situation ne pourra changer que si des lois et des règles commerciales endossées par une majorité de pays et d’entreprises sont mises en place. Il y a encore loin de la coupe aux lèvres.

Pour l’instant, la seule valeur d’une cryptomonnaie est le prix qu’un autre acheteur est prêt à payer aujourd’hui. Point.

 

3 – Les bons du Trésor américains

La forte demande pour les bons du Trésor est due à la hausse soudaine et significative des taux de rendement 10 ans. Mais un risque de liquidation demeure. La hausse du volume de titres à longues échéances suggère que les rendements pourraient repartir à la baisse… ou à la hausse. Même encouragés par les récents événements, les investisseurs obligataires ne devraient pas être euphoriques, mais s’attendre à une période volatile pour les titres à revenu fixe.

Afin de déterminer si une partie du portefeuille devrait être allouée aux bons du Trésor 10 ans, voyons d’abord à quelle catégorie de PORTEFEUILLE 101 ils pourraient appartenir :

En tout temps, l’encaisse devrait représenter 10% du portefeuille. Cette encaisse a plusieurs fonctions :

Constituer un fonds de réserve pour satisfaire un besoin de fonds immédiat,

Acquérir des titres boursiers à rabais,

Réduire la volatilité du portefeuille.

L’encaisse devrait être investie uniquement dans des instruments financiers stables et sécures, tels que des dépôts à court terme et des fonds de marché monétaire*. Ce capital doit être accessible en tout temps à une valeur d’origine qui ne peut fluctuer.

Les bons du Trésor américains 10 ans ne satisfont pas aux critères attribuables à « l’encaisse ».

La valeur marchande des bons du Trésor est sujette à fluctuer selon les taux d’intérêt en vigueur. Advenant que les taux d’intérêt montent, la valeur marchande des bons du Trésor en circulation baisserait automatiquement. Telle variation serait encore plus prononcée sur les bons du Trésor portant une échéance plus longue.

Les bons du Trésor américains 10 ans ne satisfont pas aux critères attribuables aux « Titres à revenu fixe ».

Les titres à revenu fixe jouent un double rôle :

 protéger la stabilité du portefeuille,

 assurer un rendement minimum.

Comme ces fonds sont détenus dans un horizon à long terme, ils devraient être investis dans des titres qui procurent des rendements supérieurs à 3%. Le fondement Titres à revenu fixe explique pourquoi les actions privilégiées et certains Baby Bonds (7) émis par des sociétés américaines, figurent parmi les meilleurs choix.

Même avec un taux de rendement de 3%, les bons du Trésor 10 ans ne sont pas la meilleure alternative pour protéger le portefeuille contre l’inflation, ni pour tempérer sa volatilité.

Les surpondérer pourrait s’avérer judicieux ou pas. Cela dépend de circonstances économiques dont on ne peut prévoir l’importance ni le calendrier.

***

On ignore ce que l’avenir nous réserve, surtout l’avenir rapproché. C’est pourquoi, la seule approche sensée est d’investir en maintenant un horizon de rendement à long terme.

Pour cette raison, rien ne sert de jouer les diseurs de bonne aventure : la structure PORTEFEUILLE 101 est la meilleure alternative.

___________________________________________________

(0)

(1) L’inflation : une histoire qui revient comme un vieux film
(2) Source : Goldprice.org
(3) Il y aurait actuellement près de 19 millions d’unités en circulation (source : Coincentral, April 16 ’22)
(4) Bitcoin seen as inflation hedge for newcomers outside the US, Yahoo Finance, April 4’22.
(5) Regulation of cryptocurrency around the world, Law Library of Congress, 2021.
(6) Commentaire attribué à George Soros (Quantum Fund).
(7) Les Baby Bonds : des revenus fixes à haut rendement

___________________________________________________

FAQ

 

 

Comment est fixée la valeur marchande d’une cryptomonnaie?

Sa valeur marchande dépend de l’offre et la demande. Son prix est en hausse quand la demande augmente et en baisse lorsque la demande décroît. La valeur d’une cryptomonnaie n’est rien d’autre que le prix qu’un autre acheteur est prêt à payer aujourd’hui.

 

.

Pourquoi l’or est une valeur refuge ?

Traditionnellement, l’or résiste aux chocs qui affectent les marchés financiers. Sur de longues périodes, sa valeur marchande augmente annuellement à un taux supérieur à celui de l’inflation. Quoi qu’on en dise, l’or demeure une valeur sûre pour les épargnants.

.

.

Pourquoi se préoccuper de la volatilité d’un titre boursier ?

La volatilité d’un titre correspond à l’écart type de ses variations de prix. C’est un facteur critique qui détermine le degré de risque d’un placement. Le bêta est un indice qui compare la volatilité d’un titre à celle de son indice de référence.