Fondement #15

Choisir et analyser un titre

Progression
%

Ce fondement présente un processus simplifié d'évaluation de titre.

Le processus simplifié inclut une série de critères de base auquel un titre devrait satisfaire pour qu'on considère l'acheter.

Ce faisant, il permet à l'investisseur d'éliminer d'emblée certains titres dont le rendement ou le profil financier justifient qu'on les écarte de notre sélection pour l'instant.

Une évaluation positive ne constitue pas une recommandation d'achat. Toute recommandation d'achat doit être faite en tenant compte de paramètres tels que l'horizon de rendement, la taille du portefeuille et les conditions propres à chaque investisseur.

Pour les fins de ce fondement, le terme action comprend les actions ordinaires et privilégiées, les parts de fiducies de placements et les unités de fonds communs.

1-   Choisir une action admissible

Avant de considérer l’achat d’une action, on doit s’assurer que cette action est « admissible », à savoir que:

i)    L’action satisfait aux conditions d'admissibilité de PORTFEUILLE 101.

Par exemple, s'il s'agit d'une action à dividende, le taux du dividende est supérieur à 4%. Si l'action ne comporte pas un tel dividende, le titre doit faire partie d'une des trois (3) autres catégories de PORTEFEUILLE 101, soit:

1) un titre incontournable,

2) un titre lié aux métaux précieux

ii)   Les sommes investies respectent la pondération de chaque catégorie du portefeuille.

La structure PORTEFEUILLE 101 précise la pondération-cible de chaque catégorie de placements (telles revenus fixes, institutions financières, FPI*,...). Si on ajoute un titre, on doit s'assurer que la pondération-cible de la catégorie sera respectée.

2-   Analyser les données fondamentales

Une fois établi que l’action est admissible, la prochaine étape est d’analyser ses données fondamentales.

Il y a 2 types de critères d'analyse :

des critères communs, applicables à tous les titres (sauf les critères #2-3-4 qui ne s'appliquent qu'à certains titres);

des critères particuliers, spécifiques à chacune des catégories de titres.

Nota: dans le cas des FCF*, les seuls critères applicables sont énoncés dans Comment analyser un titre à dividende.

I -   Critères d’analyse communs

1-    Le rendement annuel sur 5 ans

L’action devrait afficher un rendement global supérieur ou au moins égal au rendement du marché sur 5 ans.

On doit garder en tête que le rendement d’une action comprend 2 éléments :

1- Le rendement du dividende et;

2- La croissance de sa valeur boursière.

Il est particulièrement important de focaliser sur le rendement global (capital et dividende). En effet, certains titres qui versent de hauts dividendes (i.e. 7%+) démontrent de faibles hausses de leur valeur boursière sur 5 ans.

Mais il y a des exceptions.

Certains titres peuvent avoir été excessivement pénalisés par les investisseurs pour des raisons particulières qui méritent une recherche plus approfondie.

Un  titre qui a subi une baisse marquée au cours des dernières années peut constituer un achat intéressant dans la mesure où il continue de démontrer les données fondamentales qui suivent.

Il va sans dire que le titre d'une entreprise doit avoir été listé sur la bourse pendant une période minimum de 5 ans. C'est la période minimum pour asseoir les données fondamentales de performance sur des bases assez solides.

2-    Le bêta

Le bêta est le coefficient de volatilité d'un titre. Il mesure la relation entre les fluctuations de la valeur du titre et les fluctuations de son indice de référence (ex: indice TSX au Canada ou S&P 500 aux États-Unis). Ainsi, un titre ayant un bêta inférieur à 1 signifie que ses variations sont inférieures à celles de l'indice pour une période donnée.

Des recherches empiriques indiquent que, sur de longues périodes (i.e. 10 à 20 ans), les titres les moins volatils de l’indice S&P 500 ont collectivement réalisé une performance annuelle supérieure avec une volatilité inférieure par rapport à l’indice de référence(1). La raison est que la sous-performance de ces titres lors des périodes de marchés baissiers était moins prononcée que leur sur-performance lors des périodes de marchés haussiers.

Un faible bêta démontre qu'un titre réagit de façon moins prononcée aux aléas de son environnement. En ce sens, il offre une performance plus prévisible.

Lorsque cela est possible (de par leur nature, certains types de titres sont plus volatils, tels les BDC*) , les titres sélectionnés devraient avoir un bêta 5 ans inférieur à 1.

3-    L’évolution du bénéfice et le ratio cours-bénéfice*

On devrait constater un bénéfice net en hausse de 5%+ par année.

Ce faisant, le ratio cours-bénéfice* devrait être comparable au ratio-cible de l'industrie. Il est alors utile de comparer le ratio de l’entreprise avec celui de ses compétiteurs.

Le ratio cours-bénéfice devrait demeurer stable (sinon baisser) au cours des années. Sinon, cela indique que le cours du titre progresse plus rapidement que son bénéfice net.

4 -   La couverture des frais financiers

Le ratio de couverture des frais financiers mesure la capacité d'une société à assumer les charges d'intérêt sur sa dette.

On le calcule en divisant le bénéfice avant intérêt et impôt (BAII) par les charges d'intérêt pour la période. Le résultat correspond au nombre de fois qu'une société peut effectuer ses paiements d'intérêt.

Un ratio inférieur à 1 signifie que la société a du mal à générer des flux de trésorerie suffisants pour régler ses intérêts débiteurs. Ce ratio doit être supérieur à 1,5.

5-    Le volume de titres transigés

Il n'y a pas de chiffre magique qui puisse fixer le volume minimum de titres transigés en moyenne à chaque jour. Ce qu'il faut retenir, c'est que le volume doit être suffisant pour que le délai de traitement d'un ordre d'achat ou de vente soit court (i.e. quelques minutes). Un volume suffisant a aussi pour conséquence de limiter l'écart entre les prix d'achat offerts par les acheteurs (bid) et les prix de vente exigés par les vendeurs (ask).

6-    La cote Morningstar

Le site Morningstar attribue une cote à la plupart des titres transigés sur les bourses nord-américaines. La cote varie entre « et ««««« étoiles.  La cote reflète l'écart entre la juste valeur d'une action (telle qu'estimée par les analystes de Morningstar) et sa valeur marchande actuelle. Ainsi, une action cotée ««««« est une action dont le prix du marché est jugé largement inférieur à sa juste valeur. L'inverse est vrai pour une action cotée « étoile.

Malheureusement, pour obtenir la cote d'un titre sur le site Morningstar, on doit payer un abonnement. En revanche, la cote est disponible gratuitement sur certains sites de courtage à escompte. Une recherche rapide sur le site de votre institution financière vous renseignera à ce sujet.

La cote Morningstar n'offre aucune garantie de la juste valeur d'un titre; elle n'est pas conclusive. C'est un indice parmi d'autres que l'investisseur peut utiliser pour confirmer ou infirmer son estimation de la valeur intrinsèque d'un titre à un moment donné.

7-    Les nouvelles

Toutes les sociétés publient leurs résultats financiers trimestriellement.

Ces résultats sont accompagnés des commentaires de la direction. Ces rapports mettent en lumière l'évolution du chiffre d'affaires, des bénéfices et de la situation financière, données révélatrices de la santé de l'entreprise.

On retrouve ces nouvelles et avis sur plusieurs sites boursiers disponibles gratuitement, tels que

MSN Money,
Yahoo Finance,
Bloomberg.

Ces sites permettent au lecteur de se constituer gratuitement une "watchlist" dans laquelle on inscrit les symboles des titres que l'on désire suivre.

8-    Les commentaires d'analystes financiers

Les commentaires et évaluations d'analystes financiers sont aussi une source d'information sur des situations problématiques ou sur des opportunités d'affaires.

Dans ce dernier cas, on doit faire des recoupements entre les différentes sources d'information afin de confirmer ou d'infirmer les événements qui sont susceptibles d'affecter la performance de l'entreprise.

Pour les titres canadiens, on peut aussi consulter Stockchase qui publie de brèves opinions d’analystes financiers.

Les sites de courtage en direct des grandes institutions financières sont une source d’informations pertinentes sur les stocks transigés à la bourse. Certains de ces sites fournissent des liens vers d'autres sites, tels que Thomson Reuters,qui eux-mêmes évaluent les titres boursiers.

En fait, seuls les titres qui sont suivis et font l'objet de commentaires de la part de plusieurs analystes financiers devraient être considérés. Le fait qu'une entreprise soit suivie et analysée par des spécialistes est une protection et une source d'information précieuse pour l'investisseur amateur.

.
Nota
: Nous n'endossons pas les opinions et commentaires publiés sur les sites indiqués ci-haut. Ces sites sont mentionnés uniquement à titre informatif.


(1) The Low Beta Anomaly: A Decomposition of Micro/Macro Effects (Baker, Bradley & Taliaferro, 2013). Aussi, Comprendre l’anomalie de la faible volatilité (Groupe TD, 2017)


II - Critères d’analyse particuliers:

PORTEFEUILLE 101 © Tous droits réservés

PORTEFEUILLE 101 © Tous droits réservés