Le réconfort illusoire de faire comme les autres

Mimétisme

La plupart des gens choisissent d’emblée ce qui est certain ou ce que la majorité de leurs pairs a choisi, au détriment de meilleures opportunités. La peur de se tromper finit par avoir le dessus. À long terme, la stratégie n’est pas payante.

____________________________________

Deux phénomènes récents illustrent le comportement des investisseurs

Les gens se sécurisent en copiant ceux avec qui ils choisissent de s’identifier. Ils confondent la popularité avec la connaissance. Pour plusieurs, mieux vaut se tromper avec la foule que de risquer d’être seul à avoir tort!

En 2023, on observe 2 exemples de comportements qui semblent contradictoires mais qui, en fin de compte, confirment la règle.
.

1 – La ruée sur les dépôts à terme et titres de marché monétaire

Si la tendance se maintient, les fonds investis dans les titres de marché monétaire* devraient atteindre le montant record de US$1,400 milliards dans la seule année 2023. Ce montant éclipse les $1 000 milliards investis en 2020.

Résultat : au terme du 2e trimestre ’23, les actifs des fonds de marché monétaire ont doublé depuis 5 ans :

Depuis 2020, l’augmentation est significative. Elle est attribuable à deux facteurs :

A – La pandémie

L’arrivée de la pandémie a déclenché un mouvement de panique qui a poussé les investisseurs à se réfugier dans les titres de marché monétaire, perçus comme beaucoup plus sûrs.

B – La flambée des taux d’intérêt

L’arrivée soudaine de l’inflation a déclenché une série de hausses des taux d’intérêt, notamment des taux à court terme (1 an et moins). Ceci a poussé plusieurs investisseurs à délaisser le marché boursier au profit de titres liquides comme les bons du trésor et le marché monétaire. Même si le rendement réel* de ces titres n’a pas augmenté depuis 5 ans, le fait de toucher des intérêts de 5% sur des titres qui ne rapportaient quasi rien auparavant, a exercé une séduction à laquelle des investisseurs n’ont pu résister.

Pendant ce temps, le marché des obligations fait du surplace

Depuis le début de l’année, le marché obligataire a été marqué par l’indécision des investisseurs. Après une année 2022 désastreuse, 2023 a connu des revirements à la hausse et à la baisse. Au final : bon nombre de fonds d’obligations pourraient connaître une autre année déficitaire, la troisième en autant d’années!

Pour l’instant, force est de conclure que les investisseurs préfèrent l’extrême sécurité des dépôts à terme, bons du trésor et titres de marché monétaire aux dépens des obligations.

Mais sur ce point, le mouvement de foule peut rapidement changer de direction…

 

2 – La ruée sur les Magnificent Seven (M7)

On pourrait penser qu’avec un taux de rendement du marché monétaire de 5 %, les investisseurs vendraient leurs actions technologiques.

Ce n’est pas ce qui s’est passé.

Pendant que des investisseurs se réfugiaient dans le confort des dépôts garantis, d’autres (ou les mêmes?) concentraient leurs achats boursiers sur sept grandes sociétés technologiques, celles qu’on a surnommé les Magnificent Seven (M7) (1) .

Ces 7 entreprises (2) représentent près de 30% de la capitalisation de l’indice STOXX US (3). Leur rendement boursier combiné a constitué l’essentiel du rendement de la bourse américaine en 2023.

C’est comme si l’attrait pour des taux d’intérêt exceptionnels n’avait pas réussi à éloigner les investisseurs des quelques entreprises qui tirent les marchés boursiers depuis 10 ans.

Ceux-ci ont investi tellement d’argent dans les M7 que des entreprises comme Apple et Microsoft valent à elles seules presque autant que toutes les entreprises indiennes cotées en bourse. Le titre de Nvidia a plus que triplé entre janvier et octobre 2023. Sa capitalisation boursière dépasse maintenant 1,000 milliards de dollars!

Conséquence de la surenchère sur les M7 : les projections de croissance de ces entreprises sont supérieures à leur croissance de la dernière décennie, alors qu’elles étaient plus petites et que les taux d’intérêt étaient presque nuls.

Les entreprises qui forment le M7 ne sont pas toutes pareilles. Le lecteur jugera si la valeur boursière de chacune est raisonnable en regard de ses données fondamentales. Mais il semble évident que certaines suscitent un enthousiasme qui dépasse le bon sens.

Pourquoi cette surenchère?

Des pros savent tirer parti de tout cela. Cathie Wood, présidente de la famille de fonds Ark, déclarait en décembre 2021 : « Si nos recherches sont correctes, nos stratégies quintupleront leur valeur au cours des cinq prochaines années. » À ce moment, plus de 10% de son fonds principal ARK Innovation était investi dans Tesla.

Comme on pouvait s’y attendre, ces promesses ont porté leurs fruits. Les investisseurs ont ajouté près de US$6 milliards dans les fonds ARK. Sauf que, depuis cette date, ceux-ci ont perdu 50% de leur valeur.

***

Pendant ce temps, les investisseurs ont délaissé des titres d’entreprises rentables et bien capitalisées dans les secteurs des biens de consommation, de l’énergie, des services publics et des sociétés financières telles que les BDC (4).

Soucieux de se conformer aux comportements de la majorité, nombre d’investisseurs ont raté l’occasion de percevoir des dividendes de sociétés solides, dont les rendements excèdent largement ceux du marché monétaire et des bons du trésor.


 

Même si c’est souvent le choix le plus facile, la popularité de quelque chose mène rarement à la meilleure décision.

Comment choisir?

Dans le domaine du placement, il n’y a pas de certitudes. Il y a le bon sens, l’expérience et les probabilités. Une bonne façon de chercher la solution, c’est de suivre 3 règles :

1 – Au-delà de la valeur marchande, recherchez toujours la valeur intrinsèque (5),

2 – Ignorez les opinions et les comportements de la majorité de vos pairs,

3 – Consultez des gens qui possèdent les qualifications requises pour vous guider. Surtout, prenez le temps de les choisir.

___________________________________

(0)

(1) En référence au western The Magnificent Seven, film-culte de 1960, dans lequel jouaient 7 acteurs très connus de l’époque.
(2) Apple, Microsoft, Alphabet, Amazon, Meta, Nvidia et Tesla.
(3) L’indice représente la performance d’entreprises comptant pour 85% de la valeur boursière américaine.
(4) Voir Les BDC: un placement à remettre à l’ordre du jour
(5) Voir Le meilleur actif à détenir

___________________________________

FAQ

.

Qu’est-ce qu’un biais cognitif?

Un biais cognitif est un schéma de pensée qui dévient de la pensée rationnelle. C’est un raccourci intellectuel qui mène à des jugements rapides, sans recourir à des raisonnements analytiques fondés sur un ensemble d’informations pertinentes. Les biais sont utiles pour justifier des décisions parfois complexes. Mais ils sont souvent sources de jugements erronés.

 

.

Quel est le biais cognitif le plus important dans le domaine de l’investissement?

On recense plus de 200 biais cognitifs. En matière d’investissement, le plus important est l’effet de mimétisme. Il porte aussi le nom d’effet de groupe. Il consiste à justifier une décision parce qu’elle est endossée par la majorité des gens auxquels on s’identifie.

.

.

Pourquoi il ne faut pas sortir de la bourse ?

Au Canada, toutes les périodes supérieures à 10 ans ont connu des rendements boursiers positifs. Le rendement historique des bourses nord-américaines est de l’ordre de 10% par année.

Portefeuille 101 est fier partenaire de planification-financiere.ca