Comment investir dans des entreprises disruptives ?

2e V - Entr disruptives_0

Il est tentant d’investir dans des entreprises qui défient les modèles d’affaires traditionnels. Car on considère que les entreprises qui révolutionnent les marchés existants s’octroient une longueur d’avance décisive sur d’éventuels compétiteurs. La question est de savoir si ces entreprises constituent de bons investissements.


Une entreprise disruptive crée une rupture au sein d’un secteur d’activité en modifiant radicalement son fonctionnement.

 


CNBC produit une liste d’entreprises disruptives les plus prometteuses

À chaque année depuis huit ans, le réseau CNBC choisit 50 entreprises privées dont les modèles d’affaires sont disruptifs. Les entreprises sélectionnées sont en affaires depuis plusieurs années. Elles commercialisent leurs produits ou services avec succès. Il va sans dire que toutes sont, au départ, des quasi-monopoles.

Elles forment le CNBC Disruptor 50.

 

Des entreprises disruptives à la recherche d’investisseurs

Après quelques années, certaines de ces entreprises profitent de leur succès commercial pour faire leur entrée en bourse.

Ainsi, toutes les sociétés (actives) ayant fait partie du CNBC Disruptor 50 qui sont devenues publiques, forment le Disruptor 50 Index.

Le graphique suivant démontre que depuis 2016, le rendement du Disruptor 50 Index a été 4 fois plus élevé que celui de l’indice S&P 500 :

 

Comment se comparent les performances boursières et les performances financières ?

Afin de bien mesurer ses choix de placements, l’investisseur a avantage à analyser la performance financière des entreprises tout autant que leur performance boursière.

Le tableau suivant liste 14 entreprises disruptives (certaines très connues, d’autres moins connues) ayant fait partie du CNBC Disruptor 50. À cette liste, nous avons ajouté Tesla, compte tenu du caractère innovateur de son produit et de la presse qu’on lui consacre.

Pour chaque entreprise, le tableau indique :

®  la performance boursière (variation du prix du titre depuis son entrée en bourse),

®  la performance financière (bénéfice (perte) de l’exercice le plus récent et résultats cumulatifs depuis qu’elle est en affaires).

 

On observe que :

® ces entreprises étaient en affaires depuis plusieurs années avant leur entrée en bourse.

® depuis l’entrée en bourse, certaines ont eu une performance boursière exceptionnelle, d’autres ont perdu de la valeur ;

® toutes ces entreprises cumulent des pertes financières significatives depuis qu’elles sont en affaires ;

® toutes (sauf Tesla) ont perdu de l’argent lors de leur exercice financier le plus récent.


 

Quelles leçons peut-on tirer ?

 

1 – Des compétiteurs apparaissent

Les entreprises qui développent des concepts disruptifs sont des monopoles dans les nouveaux marchés qu’elles desservent. Mais, lorsque ces produits connaissent du succès, elles doivent composer avec l’arrivée de nouveaux compétiteurs.

Airbnb a été le premier à populariser le concept de l’hôtel-maison à demande. Aujourd’hui, la société compte une dizaine de compétiteurs, dont Tripping.com, HomeToGo, FlipKey, OneFineStay, Vrbo. Sans compter les efforts redoublés de la société Expedia pour recruter des super hôtes d’accueil (superhosts) aux dépens de Airbnb.

Uber a démocratisé l’accès aux services de transport rémunérés. Depuis, des sociétés comme Lyft, Curb, DidiChuxing, Grab et d’autres offrent ou tentent d’offrir des services similaires.

Pinterest s’est indirectement attaqué à des géants du réseautage social comme Google, Twitter, Facebook. Mais d’autres compétiteurs ont fait surface dans des domaines spécialisés (Houzz, Snap, Tastemade, …). Il est permis de croire que les grandes sociétés technologiques pourraient lui faire la vie dure si le marché de Pinterest en vaut la peine.

Twilio doit maintenant composer avec une quinzaine de compétiteurs de différentes tailles dont Vonage, Ring Central et même Microsoft (1).

Le succès de Tesla est indéniable. Mais les autres producteurs automobiles risquent de lui faire la vie dure. On parle d’entreprises de grande expérience qui disposent de ressources financières, physiques et technologiques considérables. Ford annonce un budget de 22,5 milliards$ pour 2025. General Motors ne produira que des véhicules électriques à partir de 2035. Volkswagen vient de dévoiler un plan financier colossal de 46 milliards d’euros et, à travers de ses différentes marques, travaille sur 30 nouveaux modèles(2). Toyota arrive avec le premier d’une série de 7 véhicules entièrement électriques en 2021. Geely, le plus important producteur automobile chinois, a débuté la commercialisation de son premier véhicule électrique. Nio, une autre société chinoise, connaît un succès sans précédent et dispose de l’imposant soutien financier de Tencent .

 

2 – L’accumulation de pertes fragilise une entreprise

Il ne s’agit pas de porter un jugement sur les perspectives de succès des entreprises du Disruptor 50.

Mais le développement et la commercialisation d’un produit novateur peuvent exiger plusieurs années au cours desquelles les pertes financières s’accumulent. Ceci oblige l’entreprise à émettre des actions additionnelles de son capital pour obtenir des fonds nécessaires à son exploitation. Des appels de fonds répétés deviennent dispendieux. Ils peuvent diluer de façon importante, voir mettre en péril, les gains futurs éventuels des détenteurs d’actions.

 

3 – Des experts n’arrivent pas à prédire quelles entreprises seront les plus performantes

Il ne manque pas d’experts pour expliquer a posteriori pourquoi une entreprise a connu un rendement boursier exceptionnel. Ces explications ont peu d’utilité. Car il est (évidemment) souhaitable d’investir avant que la valeur des actions ne monte, pas après.

Pour ce qui est de faire des prédictions a priori, il est reconnu que des experts chevronnés n’arrivent pas à prédire quelles seront les entreprises les plus performantes (3).

Ceci est particulièrement vrai lorsqu’il s’agit d’entreprises encore incapables de démontrer des données de performance convaincantes (bénéfices récurrents, ressources financières importantes, position concurrentielle dominante, etc.).

 

4 – La majorité des entreprises ne sont pas des succès financiers

L’important ici n’est pas d’expliquer les raisons du succès ou de l’insuccès des entreprises. C’est plutôt de constater que la majorité des entreprises ne sont pas des succès financiers.

De nombreuses données confirment ce fait au niveau des petites entreprises. Par exemple, seulement 50% des nouvelles entreprises survivent à leur 5e année d’existence et à peine 30% continuent d’exister après 10 ans (4).

Une étude récente (5) suggère que ce constat d’insuccès est encore plus marqué au niveau des entreprises cotées en bourse, à savoir :

→  De 1926 à 2016, la durée de vie moyenne d’une entreprise cotée en bourse est de 7 ½ ans.

→  Près de 60% des stocks procurent un rendement à long terme inférieur au rendement des dépôts 30 jours.

→  4% des entreprises sont responsables du rendement de la bourse en sus du rendement des dépôts 30 jours (6).

 

À moins de détenir des connaissances particulières qui justifieraient un choix particulier, l’investisseur amateur devrait éviter de mettre de l’argent dans des entreprises déficitaires qui ne possèdent pas les ressources financières suffisantes pour leur permettre d’être autonomes.


Options

Investir dans des entreprises incontournables

Comme on vient de le voir, un modèle d’affaires disruptif peut être fort prometteur mais la probabilité de trouver l’entreprise qui en fera un succès financier est mince. C’est pourquoi une meilleure façon d’investir dans les secteurs d’avenir est de le faire en achetant des actions d’une entreprise incontournable (7).

Les entreprises incontournables ont les caractéristiques suivantes :

→ ce sont des quasi-monopoles,

→ leur niveau de rentabilité est au-dessus de la moyenne de leur industrie,

→ elles disposent de ressources financières considérables,

→ leurs revenus et bénéfices croissent de façon ininterrompue depuis au moins 10 ans,

→ le cours de leurs actions croît, avec un taux de volatilité inférieur aux indices boursiers,

→ le rendement historique de leurs actions dépasse largement celui du marché,

Ce sont des entreprises matures qui occupent des positions de leaders dans des marchés florissants.

Ces entreprises demeurent incontournables parce que leur leadership repose sur leur capacité à innover. Elles possèdent le muscle financier pour financer l’innovation. Elles engagent les meilleurs cerveaux et disposent des technologies de pointe.

À cause de leurs imposantes ressources financières, étant déjà très rentables, elles ne sont pas à la merci d’investisseurs pressés de toucher leurs profits. Les incontournables investissent les ressources nécessaires, sans contrainte de temps ou d’argent.

L’innovation existe dans tous les secteurs de l’économie, mais la sphère technologique est particulièrement riche de telles entreprises. De plus, le secteur de la haute technologie a des applications qui transcendent les différents secteurs de l’économie.

 

Investir dans un fonds commun d’entreprises technologiques

Il existe un grand choix de fonds communs qui investissent dans des entreprises technologiques. Le site ETFdatabase répertorie 92 fonds de haute technologie, dont 33 ont des actifs supérieurs à 1 milliard $. Tous ces fonds comptent un éventail important de titres.

L’avantage d’un fonds de placement spécialisé est que l’investisseur investit dans un panier de titres opérant dans un même secteur sans avoir à analyser les données fondamentales de chaque titre détenu. Ceci assure également une diversification de l’argent investi.

Le site ETFdatabase fournit des informations qui permettent de faire une évaluation sérieuse des fonds envisagés.

En revanche, certains types de fonds comportent des conditions et des frais qui dépendent du type de comptes de placements à l’intérieur desquels l’investissement est effectué. Pour cette raison, l’investisseur devrait obtenir l’aide d’un conseiller familier avec les fonds de placements afin de choisir ce qui lui convient le mieux.


Conclusion

Certaines innovations développées par des entreprises incontournables seront des succès, d’autres pas. Ce qui est sûr, c’est qu’il y a peu de chance que ces entreprises pâtissent des insuccès d’un de leurs quelconques projets. Et parmi les projets qui arriveront à terme, on peut anticiper que plusieurs seront de francs succès commerciaux et financiers.

Investir dans des technologies disruptives via des fonds de placement technologiques donne la chance de participer au succès de joueurs importants de l’industrie, tout en limitant les risques inhérents au fait d’investir dans un nombre limité d’entreprises.


(1) Top 15 Twilio Competitors, Business Strategy Hub
(2) Disrupting the Disrupters, Liberty through Wealth, April 6, 2021
(3) L’article Investir dans les industries émergentes illustre ce constat avec exemples.
(4) Bureau of Labor Statistics, cité par Fundera, 31 janvier 2020
(5) Do stocks outperform treasury bills? Hendrik Bessembinder, Journal of Financial Economics, November 2017
(6) Voir Que penser des fonds indiciels ?
(7) Voir Les Incontournables.


FAQ

 

Pourquoi investir dans des entreprises technologiques ?

Les nouvelles technologies entraînent une réduction des délais de production et de livraison. Elles permettent de livrer un produit de meilleure qualité, qui offre une meilleure performance et qui comporte moins de défauts. Le secteur technologique est à la base de l’innovation.

Comment investir dans les meilleures entreprises disruptives ?

Une façon simple d’investir dans un panier d’entreprises disruptives est d’acquérir des unités d’un fonds de placements dédié à ce type d’entreprises. On peut entamer la recherche de fonds sur Google en utilisant des mots-clés (tels que disruptive technology funds, high technology funds).

Comment savoir si une action va monter ou descendre ?

Une étude du groupe Vanguard conclue qu’aucune méthode ne permet de prévoir le rendement d’un titre boursier sur des horizons de court et long terme. Prévoir le rendement d’un titre équivaudrait à prévoir le futur, ce qui est impossible dans toutes les sphères de la vie.