Des pièges qui influencent nos décisions d’investissement

Piège_0

Des stéréotypes dictent inconsciemment nos choix d’investissements. Ils sont le résultat des valeurs inculquées par la famille, d’expériences personnelles dont on tire des conclusions parfois définitives, voire d’exemples donnés par des gens que l’on admire ou qui forment notre groupe de référence.


Les investisseurs sont-ils rationnels ?

Les modèles de finance traditionnels supposent que les investisseurs font des choix logiques et prudents, inspirés par une connaissance adéquate des données fondamentales du marché.

Toutefois, au cours des dernières années, la finance comportementale a démontré que le comportement des investisseurs est fortement influencé par une série de biais psychologiques qui n’ont pas de justification rationnelle.

La raison de ceci est simple : pour éviter de consacrer le temps et les efforts nécessaires pour supporter des choix rationnels, les gens utilisent des raisonnements subjectifs, basés sur des règles simplistes dont ils se convainquent qu’elles sont des vérités.


Des expériences qui défient les comportements rationnels

Ceux qui se croient à l’abri de comportements irrationnels ont intérêt à constater les résultats d’expériences qui démontrent la facilité avec laquelle des individus normaux et éduqués peuvent être amenés, sans contrainte, à se comporter de manière irrationnelle, parfois même immorale ou cruelle.

1 – L’expérience de Milgram (1)

Il s’agit d’une expérience psychologique réalisée en 1960 par un psychologue américain, Stanley Milgram. Le but était d’évaluer le degré d’obéissance de sujets normaux à une autorité.

Elle a démontré que toute personne équilibrée peut effectuer les pires atrocités si l’autorité qui donne l’ordre de le faire est, à ses yeux, légitime.

L’expérience de Milgram a été refaite à plusieurs reprises par la suite, parfois en modifiant certains aspects de la mise en scène.

2 – L’effet Lucifer (2)

En 1971, le psychologue Philip Zimbardo a mené une expérience à l’université de Stanford dont le but était de mieux comprendre les comportements humains en milieu carcéral. Il s’agissait d’un jeu de rôle auquel participaient 24 volontaires sains d’esprit et n’ayant aucun antécédent délictueux.

Une des conclusions est qu’une personne normale et intégrée peut commettre des actes atroces, non pas à cause d’un trouble ou d’un passé traumatique, mais lorsqu’on la place dans un contexte capable de la déshumaniser.

Des chercheurs ont toutefois exprimé certaines réserves sur la méthodologie employée par Dr Zimbardo.

3 – L’expérience de Asch (3)

Au début des années 50, le psychologue Solomon Asch a mené une expérience visant à évaluer le pouvoir du conformisme sur le comportement des individus.

Il a démontré que les gens ont tendance à se conformer à l’opinion d’une majorité malgré qu’ils aient une opinion différente.

Sur la foi de ces résultats, plusieurs études subséquentes ont été conduites pour évaluer la puissance du biais de conformisme.

4 – La Troisième Vague (4)

En 1967, un professeur d’histoire de Californie a conduit une expérience dans laquelle il a induit des comportements répréhensibles chez ses étudiants, alors que ceux-ci étaient fortement opposés au départ à ces mêmes comportements.

Mais le plus surprenant, c’est qu’après avoir expliqué le subterfuge à ses étudiants, plusieurs ont nié avoir eu ces comportements répréhensibles !
.

Ce ne sont que quelques exemples. Des dizaines d’autres expériences démontrent comment on peut manipuler l’opinion et les comportements de gens pourtant convaincus de leur rigueur, de l’étendue de leurs connaissances et de leur indépendance d’esprit.

Si on peut provoquer des comportements extrêmes chez des sujets normaux, on ne saurait se surprendre que l’investisseur soit largement influencé par des biais psychologiques dont il n’a pas conscience.


5 biais qui influencent les décisions de l’investisseur(5)

Surmonter nos biais psychologiques est une tâche difficile. Car cela exige immanquablement de modifier nos comportements.

Les biais cognitifs sont profondément ancrés. Ils ont été renforcés à travers l’évolution de l’Homme.

Ils découlent du besoin de simplifier une situation complexe afin de prendre une décision rapidement et d’éviter un danger. Les biais cognitifs sont en quelque sorte des raccourcis intellectuels. Plusieurs résultent de l’influence des autres.

Pour les surmonter, nous devons non seulement être conscients de ces influences, mais ne pas hésiter, le cas échéant, à aller à l’encontre de notre instinct.

1 – La rareté

L’effet de rareté conduit les individus à accorder plus de valeur à un objet rare et moins de valeur à un objet disponible en abondance.

En matière de placement boursier, l’effet de rareté se traduit par le sentiment qu’un titre est exceptionnel et va prendre beaucoup de valeur sous peu. Pour cette raison, il faut l’acheter sans attendre. Ou encore qu’un événement majeur (positif ou négatif) va se produire incessamment.

Par exemple, les émissions d’actions qui accompagnent l’entrée en bourse de jeunes sociétés sont fréquemment sursouscrites, c’est-à-dire que les investisseurs sont disposés à acheter davantage d’actions que ce que l’émission prévoit. Il en résulte que le prix des actions grimpe rapidement. Ce phénomène est fréquemment identifié par l’expression FOMO (Fear of Missing Out).

Leçon : En matière de placements, il ne faut jamais agir avec hâte.  L’approche fondamentale de PORTEFEUILLE 101 donne toute latitude pour prendre le temps d’analyser les opportunités d’investissements. Il y aura toujours d’excellents titres à acquérir, peu importe les conditions du marché.

2 – Le biais de confirmation

Le biais de confirmation est la tendance à ne considérer que les informations qui confirment ce que nous croyons et à ignorer (voire discréditer) celles qui les contredisent.

Les investisseurs tendent à justifier les titres qu’ils possèdent même s’il y aurait lieu de les remettre en question en raison de meilleures opportunités d’investissement. De même, des analystes financiers persistent à justifier leurs recommandations d’achat en dépit d’indications qui les rendraient caduques. Comme en politique, il est contre-nature de changer d’avis !

Leçon : Pour éviter de tomber dans ce piège, ne vous vantez pas des titres que vous détenez. Ne vous posez pas en défenseur ou en promoteur d’une entreprise. Et surtout, ne tombez en amour avec aucune!

Regardez votre portefeuille avec un regard critique. Demandez-vous si chaque titre :

® occupe la place qu’il se doit dans la structure de portefeuille (6),

® représente actuellement la meilleure alternative d’investissement.

3 – Le piège de l’amitié

L’argent et l’amitié font rarement bon ménage.

Leçon : Idéalement, ne mélangez pas l’amitié avec le conseil en placements. Il peut être difficile de garder un œil critique sur des investissements recommandés par un ami. Rien n’interdit de faire appel aux services d’un ami si vous estimez que c’est une personne compétente dont vous connaissez les qualités professionnelles.

Méfiez-vous des conseillers sympathiques qui assurent que vous faites partie de la famille. Le recours à l’image de la famille est un leurre. Ça ne veut rien dire.

Assurez-vous de comprendre et d’endosser la philosophie d’investissement et la structure de portefeuille que votre conseiller propose. Ne vous contentez pas de réponses insignifiantes.

4 – Le retour d’ascenseur

Un service en attire un autre. Quand on reçoit quelque chose qui a de la valeur, on se sent obligé de donner en retour.

Un conseiller qui donne des cadeaux ne le fait pas gratuitement. D’une façon ou l’autre, il s’attend à être compensé.

Leçon : Concentrez-vous sur le rendement à moyen et long terme de votre portefeuille en regard de son indice de référence. C’est le seul critère qui compte pour décider si un courtier ou gestionnaire garde votre confiance. N’accordez aucune importance aux billets de hockey et autres cadeaux.

5 – L’influence des pairs

Le biais de conformisme est la tendance à penser et agir comme les autres le font.

Il procède du besoin d’appartenance (7), un puissant mécanisme qui pousse à la conformité des gestes et des idées. Malgré ce que les gens prétendent, ils recherchent inconsciemment l’approbation de leurs pairs.

En matière de placements, il est fréquent que des gens utilisent les mêmes gestionnaires que leurs amis ou collègues. Le besoin d’appartenance est si fort que ce n’est pas la performance du gestionnaire qui constituerait le principal critère de choix, mais le fait que ce gestionnaire soit choisi par des gens auxquels on s’identifie et qu’on admire.

Plus de la moitié des investisseurs âgés de moins de 40 ans s’en remettent aux médias sociaux pour obtenir conseil en matière de placement boursier (8).

Leçon : Ne donnez aucun crédit à ceux qui prétendent connaître la recette pour faire de l’argent rapidement. De même pour ceux qui vous dévoilent leur dernier tuyau.

Faites votre propre travail de recherche. Ayez confiance en votre jugement.


Conclusion

Nous sommes facilement convaincus de la justesse de nos opinions. Nous avons peine à accepter qu’elles soient fortement influencées, sinon dictées, par des biais psychologiques hérités de nos antécédents et de nos expériences. Ils sont parfois sans conséquence, mais d’autres fois dommageables.

C’est pourquoi, la première personne dont l‘investisseur doit se méfier, c’est lui-même. Le reconnaître est la première étape.

Prendre soin de sa santé financière est une tâche exigeante. Mais la victoire attend celui qui consacre le temps et les efforts pour défier les biais psychologiques et les stéréotypes qui le sollicitent.

Le besoin de se conformer aux comportements de notre groupe de référence est un biais psychologique puissant. Aussi, pour le combattre, il ne faut jamais avoir peur d’être le seul à défendre une position, si impopulaire soit-elle.


(1) L’expérience de Milgram et la soumission à l’autorité
(2) The Lucifer Effect, Understanding How Good People Turn Evil, Philip Zimbardo, January 22, 2008.
(3) The Asch Conformity Experiments, Kendra Cherry, April 03, 2020.
(4) Présentation de l’expérience de Ron Jones, Étudier (site composé de notes de cours, travaux de recherche, dissertations, etc.)
(5) Certaines idées exprimées dans cette section sont inspirées d’un essai de Nicholas Vardy « The Psychology of Influence in Investing« .
(6) La structure de portefeuille
(7) C’est le 3e niveau des besoins dans l’échelle de Maslow.
(8) Voir Pourquoi l’euphorie est ennemie de l’investisseur


FAQ

 

Comment bien investir son argent à long terme?

Trois (3) ingrédients favorisent un rendement supérieur du capital à long terme : une philosophie basée sur la persévérance, la prudence et la patience, une structure de portefeuille explicite et stable et des titres choisis sur la base de leurs données fondamentales.

 

Comment se protéger des krachs boursiers ?

On ne peut prédire ni éviter les krachs boursiers. En revanche, les marchés boursiers montent beaucoup plus souvent qu’ils ne baissent. Un  horizon de rendement à long terme et la diversification des placements sont des conditions pour obtenir un rendement positif du portefeuille.

 

Pourquoi investir en bourse ?

Au cours des 50 dernières années, le rendement annuel de la bourse canadienne a été de 9,3%. Investir en bourse est l’un des moyens les plus accessibles pour faire de l’argent. Cela exige trois qualités : la persévérance, la prudence et la patience.