Le Portefeuille de Référence 101

5 juin 2020

Progression
%

Le Portefeuille de Référence 101 est un repère auquel l’investisseur peut comparer la structure et le choix des titres de son propre portefeuille, dans le but d’identifier les points forts et faibles de sa stratégie de placements.


PortR1.0

Qu’est-ce que le Portefeuille de Référence 101 ?

Le Portefeuille de Référence 101 est un portefeuille dans lequel :

* les fonds sont investis selon les profils, les secteurs d’activités et les proportions définis dans la structure de portefeuille,

* les titres sont sélectionnés selon les critères de performance de PORTEFEUILLE 101.

Il est possible qu’un titre soit sélectionné alors qu’il ne satisfait pas à tous les critères de PORTEFEUILLE 101. Ce peut être pour deux raisons :

* On n’a pu identifier un titre appartenant au profil ou au secteur d’activités, qui satisfasse à tous les critères ;

* Certaines données fondamentales justifient à elle seules le choix du titre même s’il ne satisfait pas à d’autres critères.

À noter:

Les titres qui composent le Portefeuille de Référence ne constituent pas des recommandations d'achat. Il s'agit uniquement d'illustrer une structure de portefeuille qui satisfasse aux critères de PORTEFEUILLE 101 et qui permette à l'investisseur d'y comparer son propre portefeuille en vue de l'améliorer.


PortR2.0

La sélection des titres

Les titres ont été évalués et sélectionnés en fonction des critères de performance de PORTEFEUILLE 101.
.

1 -    Revenus fixes

*  Actions privilégiées perpétuelles

→ Cote de crédit minimum : Pfd-3
→ Prix du marché : inférieur à la valeur nominale ($25)
→ Taux minimum du dividende : 5,5%
→ Stabilité du dividende : versé sans interruption
→ Cumul du dividende : dividende cumulatif
.

2 -    Titres à hauts dividendes

*  Banques, FPI*, collectivités locales, communications

→ Bêta : < 1
→ Taux minimum du dividende : 4%
→ Taux de distribution* du dividende : < 100%
→ Augmentation du dividende : annuelle
.

*  Fonds à capital fermé - FCF*

→ Taux minimum du dividende : 7%
→ Valeur marchande : > VNA*
→ Effet de levier : 33% maximum
→ Ratio de Sharpe : > 1
.

*  Business Development Companies - BDC*

→ Cote de crédit reconnue
→ Taux minimum du dividende : 8%
→ Valeur marchande : > VNA*

 

3 –    Incontournables

→ Rendement boursier 5 ans : supérieur au marché
→ Bêta* : < 1
→ Liquidités nettes : > 15% de l’actif
→ Croissance annuelle 5 ans du bénéfice net : 7% +
→ Augmentation annuelle 5 ans du dividende : 7% +
→ Taux de distribution du dividende* : < 70%

 

4 –    Métaux précieux

*  Aucun critère spécifique à ce profil de titre.


Le Portefeuille de Référence 101

Rendement et bêta*

Pour chacun des titres, le tableau indique le rendement annuel moyen au cours des 5 dernières années, de même que le bêta de la période de 5 ans.

Sur les 5 dernières années (mai 2015-2020), le rendement annuel et le bêta du portefeuille (tel que constitué ci-haut), de même que le rendement de l’indice de référence sont comme suit :

(2) L’indice de référence a été calculé comme suit :
     →  Le portefeuille est réparti 75% actions ordinaires, 15% revenus fixes et 10% encaisse.
     →  Le rendement de l’indice TSX compte pour 70% du rendement boursier total ; celui de l’indice S&P 500 compte pour 30%.
     →  Le rendement annuel proforma des titres à revenus fixes est de 5%.
     →  Le rendement annuel proforma de l’encaisse est 0,5%.

1 - Encaisse

Une encaisse de 10% procure une source de fonds immédiate en cas de besoin ou si une opportunité de placement se présente. En revanche, le rendement nul sur un tel bas niveau de liquidités ne pénalisera pas de façon indue le rendement global du portefeuille.

 

2 - Titres à revenus fixes

Pour les raisons évoquées dans Analyser les titres à revenus fixes, la sélection n’inclut que des actions privilégiées perpétuelles.

Les 3 premières sont des actions canadiennes de grandes entreprises connues, ayant une cote de crédit supérieure (Pfd-3 et +). La quatrième est une action d’une société d’assurances américaine. Nous avons choisi ce titre en raison de son haut dividende privilégié (8,3%). Cette société est rentable et paie déjà un dividende sur ses actions ordinaires, ce qui procure une marge de sécurité.

Certaines institutions financières publient des rapports périodiques sur les émissions courantes de titres à revenus fixes (tel que le Rapport sur les actions privilégiées canadiennes, publié trimestriellement par CIBC). Ces rapports constituent une excellente source d’information pour identifier des titres à acheter. Malheureusement, plusieurs de ces rapports ne sont pas toujours facilement accessibles. L'investisseur devrait consulter un représentant de son service de courtage pour obtenir des suggestions ou des sources d'information sur les titres à revenus fixes qui seraient appropriés pour son portefeuille.

 

3 - Titres à hauts dividendes (Institutions financières)

Les trois plus importantes banques canadiennes sont représentées.

Les institutions financières ont été durement touchées par la crise boursière du printemps 2020. Si bien que le rendement annuel des 5 dernières années repose essentiellement sur leur dividende. Avec la baisse de leurs actions, les rendements de dividendes sont particulièrement élevés (un rendement de près de 7% pour la banque Scotia).

Dans le contexte d’une crise boursière non résolue, il est toujours possible que des baisses de dividendes surviennent. Un consensus semble toutefois se dégager de la communauté des analystes du secteur bancaire à l’effet que les banques canadiennes ne réduiraient pas leurs dividendes en 2020.

Il est vrai qu’au moment d’écrire ces lignes, la seule banque canadienne à avoir annoncé une réduction de son dividende est la Banque Laurentienne du Canada. En revanche, la Banque Royale et la CIBC ont déjà annoncé une hausse de leurs dividendes au terme du 1er trimestre. Plusieurs dirigeants des autres grandes banques ont fait savoir qu’aucune baisse de dividendes n’était à prévoir.

 

4 - Titres à hauts dividendes (FPI*)

Le secteur est représenté par les 3 principales FPI* résidentielles canadiennes et par une FPI industrielle.

Canadian Apartment Properties (CAR.UN) a été sélectionnée malgré le fait que le rendement de son dividende est inférieur à 4%. Le titre apparaît comme une FPI incontournable, compte tenu que 1) son rendement historique est élevé, 2) c’est la FPI canadienne la plus importante et 3) elle offre une diversification de ses activités à l’extérieur du Canada.

On peut obtenir une liste de FPI* canadiennes en consultant l’article Les fiducies de placement immobilier : ancrage d’un portefeuille équilibré

 

5 - Titres à hauts dividendes (services aux collectivités)

Le secteur inclut 3 producteurs d’énergie, dont 2 (Northland Power et Algonquin Power) sont résolument engagés dans la production d’énergies renouvelables.

Les 3 sociétés sont rentables. Elles ont démontré un rapport risque-rendement exceptionnel (rendement 10% +, bêtas < 0,60). Et ce, en plus d’un rendement de dividende élevé. Dans les 3 cas, depuis 5 ans, le dividende a été augmenté.

 

6 - Titres à hauts dividendes (communications)

Rogers, Telus et BCE sont les 3 principaux fournisseurs de télécommunications au Canada. Nous avons choisi Telus et BCE parce que leur rendement de dividende est supérieur à celui de Rogers. Aussi, parce qu’il est reconnu que Telus possède le réseau mobile le plus rapide au Canada.

AT&T est la plus importante société de télécommunications au monde. Son dividende (6,8%) est parmi un des plus élevés des Blue Chips américains. Le consensus des analystes financiers qui suivent le titre est que son dividende est sécure.

 

7 - Titres à hauts dividendes (FCF*)

Le rendement des FCF* est surtout perçu sous forme de dividende et non de gain en capital.

Les deux FCF sélectionnés :

→ ont un rendement annuel positif sur 5 ans,
→ se transigent à escompte,
→ versent un dividende mensuel dont le rendement est 9% +

Le fonds ACV utilise un effet de levier (30%), conformément aux règles applicables. Le fonds FOF n’utilise aucun effet de levier étant donné qu’il s’agit d’un fonds de fonds*.

Le site CEF Connect est une source d’informations utiles pour qui désire investir dans des FCF américains.

 

8 - Titres à hauts dividendes (BDC*)

Ares Capital est la plus importante BDC avec une capitalisation de $6,2G. Gladstone Investment est la 15e avec une capitalisation de l’ordre de $400M.

En raison de sa taille, Ares est suivie et recommandée par de nombreux analystes. Ainsi, 14 analystes répertoriés sur le site TipRanks sont unanimes à recommander l’achat du titre. De plus, Ares jouit d’une solide situation de trésorerie. Son encaisse s’élève à près de $500M et elle bénéficie d’engagements de crédit non utilisés de plus de $2G. Le cas échéant, ceci lui permettra de supporter ses participations, voire de profiter d’opportunités d’acquérir des actifs à rabais. Enfin, le rendement de son dividende est supérieur à 11%.

De taille beaucoup plus modeste, Gladstone Investment ne fait pas l’objet d’un suivi systématique de la part d’analystes reconnus. En revanche, le rendement du titre sur 5 ans est exceptionnel (16,7% par année) et le taux de son dividende (7,6%) est élevé.

Consulter le site BDC Investor pour des informations sur les BDC.

 

9 - Titres incontournables

Les 6 entreprises sélectionnées occupent une position dominante dans leur secteur d’activités. Cinq (5) affichent un rendement annuel sur 5 ans supérieur à 20%, soit plus du double du rendement de l’indice S&P 500.

Seule, Alphabet ne paie aucun dividende et son bêta est légèrement supérieur à 1. L’absence de dividende est dûment compensée par le fait que la société procède à des rachats massifs d’actions (en 2019, la société a investi plus de $18G pour racheter ses actions).

Un élément critique en cette période de crise boursière sans précédent : la situation de trésorerie des Incontournables est exceptionnelle. À preuve, la proportion des liquidités disponibles par rapport à l’ensemble des actifs au 31 décembre 2019 (selon les états financiers au 31 décembre 2019, en $ milliards):

PortR5

Cette importante trésorerie pourra servir à absorber des pertes et des baisses de revenus causées par la crise boursière et la crise de santé actuelle. Elle pourra également être utilisée pour acquérir à rabais des actifs d’entreprises en difficulté.

 

10 - Titres de métaux précieux

Franco-Nevada (FNV) est un streamer* (Voir le fondement Les métaux précieux).

SPDR Gold Shares (GLD) est un fonds commun qui détient des lingots d’or. La valeur de ce fonds varie précisément en fonction des variations du prix de l’or.

PortR3.0

Rendement du dividende

Le tableau indique le rendement actuel du dividende de chacun des titres (colonne K).

Il est intéressant de noter que, sur les 5 dernières années, les rendements annuels obtenus de la Banque Royale et de la Banque TD correspondent uniquement au rendement de leurs dividendes. Dans le cas de la Banque Scotia, le titre accuse une perte de capital, laquelle est entièrement compensée par le dividende versé.

Ceci met en lumière un principe de base de PORTEFEUILLE 101 :

Dans une approche fondamentale, on acquiert un titre dans une perspective à long terme, afin d’obtenir un flux de revenus au cours des années. Dans le cas d’un titre à dividende, ce flux est surtout représenté par le dividende, davantage que le gain en capital. Le flux de revenus augmente au fil des années lorsque l’entreprise hausse son dividende.

Ce qu’il faut retenir de ceci, c’est que la valeur d’un titre à dividende qu’on détient à perpétuité réside dans sa capacité à verser, voire à augmenter, son dividende. Après plusieurs années, les dividendes versés représentent souvent un gain cumulatif beaucoup plus important que la hausse éventuelle de la valeur marchande du titre.

L’important ici n’est donc pas de savoir si les actions des banques prendront ou perdront de la valeur. C'est de savoir si elles maintiendront leurs dividendes et si elles l’augmenteront par la suite. Si telle est l’estimation qu’on en fait, le maintien de positions dans les titres de banques demeure entièrement justifié.


Baby4

Conclusion

Le Portefeuille de référence 101 donne l'opportunité à l’investisseur d’évaluer la structure et le contenu de son portefeuille en le comparant à un repère objectif.

Le cas échéant, l’exercice pourra faire ressortir le besoin de modifier les profils, secteurs d’activités et/ou proportions dans lesquels le portefeuille est investi, et de remplacer certains titres qui le composent.


Un mot pour conclure

PORTEFEUILLE 101 © Tous droits réservés

PORTEFEUILLE 101 © Tous droits réservés